La strada delle Orecchiette à Bari

Pour se procurer la reine des pâtes des Pouilles, l’orecchietta, direction Bari vecchia où vous trouverez des pâtes faites artisanalement et sous vos yeux !

Les ruelles de la Bari vecchia, la vieille ville, ressemblent à de véritables maisons à ciel ouvert. Ici la vie quotidienne déborde à l’extérieur : les portes des maisons sont grandes ouvertes, le linge est étendu dehors, les enfants jouent dans la rue, les familles sont attablées devant leur porte et on s’interpelle de balcon en balcon.

Bari vecchia
Bari vecchia

Orecchiette
Auteur : Giuseppe Masili

Même la fabrication des pâtes se déroule dans la rue, dans la fameuse Strada delle Orecchiette. Il s’agit principalement de deux rues, la via Arco Basso et la via Arco Alto dans lesquelles des femmes fabriquent des orecchiette, des pâtes à base de semola di grano duro, semoule de blé dur, et en forme  de petites oreilles (orecchio signifiant oreille en italien). Leur forme arrondie permet d’accueillir généreusement la sauce tandis que l’extérieur un peu rugueux de la pâte permet de bien l’accrocher.

Femme préparant des orecchiette

Les signore delle orecchiette travaillent sur des tables en bois installées à la va-vite devant l’entrée de leur maison. Elles utilisent le couteau pour façonner la forme des pâtes et les font ensuite sécher sur des grands tamis. Pour beaucoup d’entre elles la confection des pâtes représente leur seul travail. Les pâtes sont vendues autour de 5-7 euros le kilo.

Un plat d’orecchiette dans les Pouilles c’est bien plus que les saveurs en bouche. C’est les souvenirs d’enfance, les grandes tablées familiales, la sauce tomate faite en famille le week end, l’odeur des olives, le soleil qui brûle la peau.

Lorsqu’ils furent tous installés autour de la petite table en bois et que Raffaele eut apporté un grand plat d’orecchiette faites à la main, baignant dans une épaisse sauce tomate, Giuseppe se mit à pleurer. Il retrouvait les saveurs de son village. Il retrouvait son vieil ami. Il ne lui fallait rien de plus. Et tous les lampions du corso Garibaldi ne l’auraient pas comblé davantage que cette assiette pleine d’orecchiette fumantes qu’il s’apprêtait à dévorer.

Extrait du roman Le Soleil des Scorta de Laurent Gaudé.

Publicités

6 réflexions sur “La strada delle Orecchiette à Bari

  1. Bonjour,
    Super article ! Pour moi visiter un pays c’est découvrir et comprendre les octogones et leur façon de vivre, ces images sont tout ce que j’aime ! Je me suis aventurée une seule fois dans la Bari vecchia mais rapidement parce qu’on m’avait dit de me méfier de cet endroit… si j’avais su j’y serais retournée, j’ai lu un article sur les Pouilles dans un magasine franco-italien « Radici n°85/86 » que le quartier désormais était plus sécurisé. En tout cas si tu aimes les Pouilles, je te recommande l’article il est très bien fait 😉

    J'aime

    1. Ces dix dernières années Bari Vecchia a totalement changé, on peut désormais s’y rendre sans problème et c’est un véritable bonheur de découvrir ses ruelles et ses habitants ! Merci pour la référence de l’article, je vais essayer de me procurer ce numéro 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s