La Fraga de Danièle Sallenave

Roman
Danièle Sallenave, La Fraga. Gallimard, collection Folio, 2007. 419 p.

La Fraga

A 16 ans, Mary Gordon, fille d’un pasteur de Nouvelle-Angleterre, a le choix entre devenir femme de pasteur ou gouvernante de jeunes filles issues de familles riches : elle choisit la deuxième voie.

Douze ans plus tard, en 1893, Mary se trouve à Venise avec Annabelle, la jeune fille dont elle est la gouvernante. A l’issue de ce voyage d’étude qui conclut l’enseignement dispensé pendant plusieurs années, un problème de santé l’empêche de repartir pour les États-Unis avec son élève. Au sortir de l’hôpital, Mary a une révélation : elle ne veut plus quitter Venise, son odeur âpre de mer, ses cris, ses palais décrépis, ses eaux miroitantes. Elle pressent que son destin se joue à Venise, que c’est là qu’elle doit être pour vivre sa vie de femme.

Mary est en effet tombée sous le charme de Venise. Pas tant de ses beautés architecturales et artistiques, mais surtout de la Venise triviale à la beauté lumineuse et à ses habitants chaleureux et plein de vie.

A son grand étonnement, cependant, ce qu’elle reconnaissait, pouvait saluer et nommer, ce n’étaient pas seulement les beautés de l’architecture et de la peinture. Par une entorse involontaire à ses principes, elle avait fait siennes la beauté lumineuse du matin se levant sur la Giudecca, l’ombre tombant de la Dogana da Mar à l’heure où le soleil se couche, l’odeur des scampi fritti et les voix tendres et mélodieuses des gondoliers chantant en fin d’après-midi la rengaine éternelle des amours contrariés.

Félix Ziem, Pont ca di Dio à Venise
Félix Ziem, Pont ca di Dio à Venise, fin du 19e siècle, huile sur panneau

Mary se lie d’amitié avec le photographe vénitien Francesco Zannier qui va lui ouvrir les portes d’un monde sensuel dont elle ne soupçonnait pas l’existence. Ses rencontres successives avec des personnages menant une vie libre et aventureuse, consacrée entièrement à leur art, va l’amener à quitter peu à peu sa vie grise et sans surprises pour un monde coloré où sa passion pour la peinture va occuper une place toujours plus grande.

L’auteur a dû effectuer de nombreuses recherches documentaires sur Venise et l’Europe de la fin du 19e siècle car le roman contient de nombreux détails historiques, qui ne gênent en rien la lecture. Je me suis ainsi plue à parcourir  une Venise populaire et délabrée encore chargée de la grandeur qu’elle ne possède plus.

La Fraga, c’est l’histoire d’une femme qui a le courage de choisir sa propre voie, de conquérir sa liberté malgré le poids d’une éducation puritaine et des conventions sociales. Un roman envoûtant et plein d’optimisme.

Je participe au Challenge vénitien et au Challenge : Il viaggio. logo-challenge-venisechallenge italie

Publicités

5 réflexions sur “La Fraga de Danièle Sallenave

  1. Ping : Challenge vénitien : le récapitulatif | Le livre d'après

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s