La mort à Venise de Thomas Mann

Nouvelle publiée en 1912.
Thomas Mann, La mort à Venise suivi de Tristan et Le Chemin du cimetière. Fayard, 1997. 188 p.

thomas-mann-la-mort-a-venise

Gustav Aschenbach, la cinquantaine, est un écrivain allemand au faîte de sa renommée et récemment anobli . Il habite dans un quartier résidentiel aisé de Munich et mène une vie austère au service de son œuvre.


Lors d’une promenade par un après-midi de printemps 1911, la vue d’un homme étrange ayant l’air de « venir de pays exotiques » déclenche en lui une intense envie de voyager. Aschenbach est saisi par le désir avide de se sentir libre, de vivre de nouvelles aventures, lui qui a peu voyagé et a toujours réfréné ses sentiments afin de se consacrer pleinement à son œuvre et d’en garder la maîtrise.
Il choisit finalement de se rendre à Venise, après un court séjour déplaisant sur l’île de Brioni en Croatie. Arrivé dans la cité des Doges, l’écrivain emprunte une gondole pour se rendre sur le Lido où se trouve son hôtel, le Grand Hôtel des Bains. La gondole lui évoque alors un cercueil et préfigure déjà sa propre mort.

Étrange embarcation, héritée telle quelle du Moyen Age, et d’un noir tout particulier comme on n’en voit qu’aux cercueils, – cela rappelle les silencieuses et criminelles aventures de nuits où l’on n’entend que le clapotis des eaux, mieux encore, cela suggère l’idée de la mort elle-même, de corps transportés sur des civières, d’événements funèbres, d’un suprême et muet voyage.

L'hôtel des Bains dans les années 1920. Photographe : Neil Lang
Le Grand Hôtel des Bains dans les années 1920. Photographe : Neil Lang

A peine arrivé au Lido, il rencontre dans son hôtel un jeune adolescent polonais dont la beauté et la grâce le bouleversent. C’est Dionysos terrassé par Apollon. Dès lors Aschenbach, follement amoureux, ne quitte plus le jeune Tadzio du regard et le suit partout dans Venise. Il lui semble même que son éphèbe répond à ses regards, ce qui fait renaître en lui l’envie d’écrire.
Aschenbach apprend alors qu’une épidémie de choléra, dissimulée par les autorités, sévit à Venise. Malgré le danger qu’il encourt, il décide de rester à Venise auprès de l’objet son amour. Il meurt sur la plage en contemplant l’adolescent pour la dernière fois.

Ainsi Aschenbach tirait une obscure satisfaction des événements officiellement déguisés qui se passaient dans les ruelles malpropres de Venise – lugubre secret de la ville, qui se confondait avec le secret de son propre cœur, dont lui aussi redoutait si fort la découverte.

Thomas Mann a su montrer avec beaucoup de justesse – sans doute parce qu’il s’est largement inspiré de sa propre histoire – la fragilité de l’être humain, qui peut du jour au lendemain devenir un autre. Aschenbach, au départ maître de lui, réfrénant tout sentiment pour éviter le plus petit relâchement dans l’écriture de son œuvre, se trouve subitement en proie à une passion intense, interdite, une passion qui renverse son existence et le conduira à sa perte.

J’ai apprécié les réflexions sur la peur de vieillir, la mort et l’écriture. Dans La mort à Venise, l’écriture est  source de pression, exigence et obsession de la maîtrise. D’ailleurs, pour Thomas Mann, la passion et l’écriture ne sont pas compatibles.
Le texte est par contre très exigeant, avec de nombreuses références à la mythologie grecque, des descriptions longues et des tournures souvent compliquées.

Je participe au Challenge vénitien et au Challenge : Il viaggio. logo-challenge-venisechallenge italie

Publicités

4 réflexions sur “La mort à Venise de Thomas Mann

  1. Ping : Challenge vénitien : le récapitulatif | Le livre d'après

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s